coups de coeur / photographie

Photographie  

Philip Plisson

Peintre de la Marine

 "Nous empruntons à la nature ce qu’elle a de  plus beau"

 

 

 

 
Né le 17 janvier 1947, Philip Plisson a été élevé sur les bord de la Loire entre Beauce et Sologne. C'est à quatre ans que sa famille découvre La Trinité sur Mer. Dès sept ans, il apprend à naviguer à bord d'un Moth. Puis il barre des dériveurs : des Mousses, des 420 et se passionne pour le 5O5.

 C'est peut-être la grand-mère de Philippe qui sert de déclencheur en lui offrant, pour sa communion, son premier Ultra-fex. Dès 1956, à bord de sa plate, dans la rivière de La Trinité, le jeune garçon réalise ses premiers clichés de yachts.

 

Pourtant, c'est à terre qu'il fait ses premiers pas professionnels. Son C.A.P. en poche, le voilà électricien dans le bâtiment, électromécanicien en usine puis manoeuvre et boiseur-coffreur à Angers puis V.R.P. en lingerie féminine et bonnet

En 1974, Philip décide de se lancer seul dans l'aventure photographique. Sa première commande est un montage audiovisuel sur la photo composition de 3ème génération. L'activité se développe. Les clients du nouveau photographe sont de plus en plus nombreux.   Entre 1982 et 1990, le photographe multiplie les reportages dans le monde de la voilerie et se lance dans l'édition et produit ses propres albums photo.

 

Installé définitivement à La Trinité, le marin-photographe ouvre en 1988 sa première galerie à l'emplacement de l'ancienne criée (11m²). C'est dans cette ville qu'il conçoit en 1990 " Pêcheur d'images ", une vedette de 11 mètres, armée spécialement pour la prise de vue en mer.

 Nommé Peintre de la Marine en 1990, la notoriété du photographe va grandissant. En 1993, il publie avec Bernard Le Nail, Directeur de l'Institut Culturel de Bretagne, l'album "Bretagne, Pays de Mer ".

 

En 1991, avec le concours du Prix de la Fondation " Pays de FRANCE " et du Comité Régional du Tourisme de Bretagne. Il se lance dans l'inventaire photographique du Patrimoine Maritime Breton : 80 000 photos, 10 000 milles marins, 120 heures d'hélicoptère et 45 000 kilomètres de voiture !  En 1993, il ouvre une deuxième galerie à La Trinité-sur-Mer.

En 1995, avec le concours de l'imprimerie nantaise Le Govic, Philip développe une collection de reproductions à destination du grand public. Elles sont vendues, cette année là, à plus de 100 000 exemplaires.

En 1996, en partenariat avec cette même imprimerie, il édite son premier catalogue et créé son propre réseau de distribution sous le nom de… Pêcheur d'Images.


En 1997, la Fondation Elf devient partenaire de l'aventure Celtique pour la réalisation des ouvrages sur l'Ecosse et l'Irlande.

Plus de 500 000 images sont diffusées chaque année dans 730 points de vente en France et 37 pays à travers le monde.

Vers le site de Philip Plisson


Jean Guichard

Photographe

Jean Guichard est né à Paris le 28 Avril 1952. Il passe la plupart de ses vacances scolaires chez ses grands-parents bretons, dans le Morbihan.

Très tôt motivé par les voyages et la photographie, il accomplit ses obligations militaires en 1971 en s'embarquant, à Lorient, à bord du Commandant Bourdais, un aviso chargé de l'assistance à la grande pêche. Les chalutiers le conduisent dans les océans Atlantique (Terre-Neuve) et surtout Arctique (mer du Labrador, mer du Groenland, mer de Norvège, mer de Barents).

C'est à Godthab, au Groenland, qu'il acquiert son premier Nikon, financé grâce aux photographies qu'il a vendues à l'équipage.

De retour du service militaire, il entre au service des relations publiques du ministère de l'Industrie, où il est chargé de suivre les déplacements des ministres. C'est là qu'il fera l'apprentissage de la technique du reportage photographique.

En 1977, il rejoint l'agence Sygma en tant que photojournaliste. En 1979, l'agence lui confie un portrait d'Eric Tabarly à l'occasion de la mise en chantier de l'hydrofoil Paul Ricard. Il s'en acquitte avec succès et deviendra ami du navigateur.

En 1984, il quitte l'agence Sygma pour rejoindre l'agence Gamma où il fera un parcours similaire.  En 1989, il crée l'agence GLMR avec quelques confrères. C'est à cette époque qu'il commence son travail de fond sur les phares.

En 1990, Il obtient le second prix du World-Press pour sa célèbre photo de la Jument.

En 1992, il publie son premier livre sur les phares aux éditions Ouest-France (Phares). Cet ouvrage est distingué par le Salon du livre de Concarneau, qui lui accorde le premier prix du livre illustré, et par l'académie de Marine qui en fait son lauréat.

Parallèlement à ses différentes activités,
Jean Guichard a continuellement approfondi, depuis 1989, son travail sur les phares.
 
 

Vers le site de Jean Guichard

 

Jean-Marie Liot

Photographe

Jean-Marie Liot a toujours navigué.

C'est à 21 ans qu'il décide d'unir la mer et la photo : mettre son métier au service de sa passion. Ses jeunes années Jean-Marie Liot les partage entre les côtes finistériennes et morbihannaises, le Pouldu, l’ile d’Hoëdic et le Crouesty, port d’attache du bateau familial.

 

Après des études photographiques à Paris, il regagne sa Bretagne natale. En 1994 il ouvre sa galerie au Port du Crouesty. Son métier l’amène très vite à voyager à travers le monde pour couvrir les évènements nautiques et réaliser divers reportages. Photographe officiel pour des sponsors afin de réaliser des banques d’images, il suit les skippers et couvre les grandes courses : la Solitaire du Figaro sur les côtes européennes, la Transat Jacques Vabre du Havre à Cartagène, la Route du Rhum de Saint-malo à la Guadeloupe, la Mini Transat, la Coupe Louis Vuitton en Nouvelle Zélande...

Il est aussi photographe officiel pour le compte d’organisateurs comme le Trophée Clairefontaine, ou le Tour de France à la Voile depuis 1996.

Il collabore régulièrement avec les magazines nautiques nationaux (Voile magazine, Neptune et Moteur Boat notamment) pour des essais de bateaux. Ne négligeant pas le spectacle offert par le milieu marin, Jean-Marie Liot, en collaboration avec son éditeur G Nautics, propose également toute une série de posters disponible dans le monde entier. Posters que l'on retrouve également déclinés en Puzzles (Nathan).

 

 

Vers le site de Jean-Marie Liot

 

 

 

 

Frédéric buxin photographe

Frédéric Buxin a travaillé pour la presse, la publicité et l'édition. Il a par ailleurs auto édité deux livres. De la mer aux paysages industriels, des nuits citadines aux portraits, les sujets qu'il a abordés sont très variés. Son travail porte aujourd'hui principalement sur le portrait et le nu, renouant avec la source d'inspiration qu'ont pu être les sculptures de son père, Stephan Buxin.

Vers le site de Frédéric Buxin


Bernard STAELEN PHOTOGRAPHIES

 

Né en juillet 1952 à Quimper, Bernard Staelen exerce une profession tournée vers l'informatique et c'est vers 40 ans qu'il se tourne vers le dessin et la peinture, se servant de ses photos comme base de travail. Il a participé à des expositions de groupe, puis à des expositions personnelles dans des lieux publics comme la gare de Quimper et l'Espace Sérusier à Chateauneuf du Faou. L'achat d'un appareil photo numérique en remplacement d'un vieux Pentax en 2004  lui a donné les moyens de rendre à ses photos leur vie propre, de reproduire des ambiances qu'il cherchait à faire passer dans ses tableaux. Aujourd'hui, la photo a pris le pas sur la peinture et lui permet d'exprimer et de faire partager cette passion pour l'image qui bien souvent fait passer les impressions avec plus de force que les mots.

 

Vers le site de Bernard Staelen


Ne manquez absolument pas de visiter la photothèque de

François Le Divenah

 

Vers le site de François Le Divenah